Nos réactions

Samusocial : au-delà de la crise politique – Juin 2017

Suites aux événements de ces derniers jours liés aux dysfonctionnements dans la gouvernance du Samusocial, les fédérations du secteur de l’aide aux sans-abri et leurs affiliés tiennent à réagir sur les impacts que ces déclarations peuvent avoir sur les missions des services d’aide et d’accompagnement des personnes sans abri et mal logées à Bruxelles. Lire la suite

Télécharger le communiqué : 20170613 – Réaction des fédérations du secteur sans-abri à la crise politique au Samusocial.pdf

Lever le secret professionnel – Avril 2017

Nous, associations, avocats, citoyens, magistrats, médecins, politiques, professeurs, syndicalistes… nous unissons pour défendre le secret professionnel… Lire la suite

L’AMA a signé cette opinion.

Communiqué de presse : Fin du dispositif hivernal – Mars 2017

Télécharger le communiqué : 86400 – Fin du dispositif hivernal.pdf

Manifeste du travail social – Novembre 2016

A l’heure où le secret professionnel est en danger, il est impératif de rappeler les fondamentaux du travail social. Télécharger le Manifeste : MANIFESTE_CVTS_VF.pdf

Soutenez le Manifeste : appel à signer&

Approche intégrée de l’aide aux personnes sans-abri – Septembre 2015

Lors de la concertation du secteur sans-abri (Bruxelles) du 13 mars 2015 et sur base d’une proposition émanant des fédérations AMA, Bico, du CAW Brussel et du Regio-Overleg, la Concertation bruxelloise de l’aide aux sans-abri a décidé de charger la Strada de piloter un nouveau groupe de travail. Il s’agissait de concerter l’ensemble des acteurs intéressés par la mise en œuvre d’une approche sectorielle intégrée de l’aide aux personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale.

HIVER 86.400 : Quel accompagnement en journée des personnes sans abri ? – Novembre 2014

Depuis le 15 novembre 2014, le dispositif « HIVER 86.400 » est lancé !
Le Collège réuni de la Commission communautaire commune, représenté par les Ministres en charge de l’Aide aux personnes, Céline Fremault et Pascal Smet, soutient une nouvelle fois les services d’accueil de jour afin de renforcer leurs actions en journée durant la période hivernale.
86.400, c’est le nombre de secondes dans une journée de 24h au cours de laquelle une personne sans abri doit trouver les moyens de vivre ou de survivre.

Avec une prise en charge des personnes en journée qui vise un accompagnement social de fond et de qualité basé sur une approche individualisée, le dispositif « Hiver 86.400 » propose un projet alternatif sans précédent. La force de cette initiative réside dans la diversité de ses acteurs mais aussi dans la capacité de ces derniers à travailler en réseau et dans un souci de complémentarité, y compris avec le dispositif d’hébergement de nuit.

Extension des heures d’ouverture, renforcement de l’offre de douches et de repas, permanences psycho-sociales supplémentaires et intensification du travail de rue sont les principaux objectifs du projet.
Dès ce 15 novembre, 9 services se mobilisent et coordonnent leurs ressources pour étendre leurs heures d’ouverture en journée afin de faciliter la jonction « jour-nuit » entre le dispositif hivernal de nuit et l’accueil en journée. Tout comme l’hiver précédent, ces différents services réaliseront ensemble près de 2.800 accueils par semaine !

Un focus particulier est mis cette année sur l’accueil des familles, avec notamment des activités spécifiques pour les enfants, ainsi que sur un accompagnement spécifique des personnes en séjour précaire sur le territoire (personnes en situation irrégulière et/ou illégale).

Tout en saluant les moyens complémentaires qui permettent d’intensifier nos services de jour durant cette période de l’année, nous voulons toutefois rappeler que le sans-abrisme ne se limite pas à l’hiver et qu’il est essentiel que les autorités politiques soutiennent et reconnaissent le travail de fond réalisé tout au long de l’année dans une logique de recherche de solutions durables. Cela passe par une reconnaissance et un subventionnement correct des services d’accueil de jour mais aussi par un meilleur équilibre entre les moyens humains et financiers alloués à l’urgence sociale d’un côté et de l’autre, ceux nettement plus maigres réservés aux services et projets qui privilégient la recherche de solutions durables.

C’est la raison pour laquelle les partenaires du projet « Hiver 86.400 » ont voulu, cette année, lancer une initiative innovante visant à trouver des portes de sortie concrètes pour les personnes sans abri. Le volet « capteur de logements » aura pour objectif, dans le cadre d’une recherche-action, de préparer la mise en place d’un nouveau service transversal pour tout le secteur de l’aide aux personnes sans abri. A terme, il s’agira d’augmenter l’offre de logements privés ou publics directement destinés aux personnes sans abri en Région de Bruxelles-Capitale.

Il y a de plus en plus de chemins qui mènent à la rue, il faut désormais qu’il y en ait davantage qui permettent d’en sortir !

L’Hiver est là, mais les abris de nuit wallons manquent de moyens ! Nous sommes inquiets ! – Janvier 2013

Alors que tous les acteurs conviennent que ce type de structure d’hébergement est indispensable dans la lutte contre la grande précarité sociale, ce dernier vit le paradoxe d’être aussi désargenté que ses bénéficiaires. Pire, alors qu’il est au cœur de l’action, son avis n’est pas sollicité lorsque le Plan Grand Froid est élaboré.
[…]
Malgré nos nombreuses interpellations et revendications depuis plusieurs années, nous faisons face à une inertie déconcertante. Et bien que nous soyons conscients des économies que le Gouvernement wallon doit faire, nous attendons de la part de nos représentants politiques une prise en considération des difficultés que rencontre le secteur.

Face aux silences qui perdurent, nous sommes inquiets.
Nous sommes inquiets de constater que les acteurs concernés par la précarité et plus particulièrement par l’accueil et l’hébergement des sans-abri ne soient pas reconnus et valorisés dans leurs missions.
Nous sommes inquiets car ces mêmes acteurs ne sont pas consultés lors de la mise en place de dispositifs qui les concernent directement.
Nous sommes inquiets de voir le secteur de l’aide aux sans-abri laissé pour compte par nos représentants politiques.
Nous sommes inquiets car nous ne pourrons garantir plus longtemps un accueil et un hébergement de qualité et respectueux des hommes, des femmes et des enfants qui y font appel.

Lire notre communiqué de presse AMA/ARCA : AN_Communiqué de presse 17.01.2013.pdf

Réactions médias :

Ceci n’est pas un poisson ! – Mars 2012


A partir du 1er avril, la plupart des initiatives locales pour un accueil d’urgence des
sans-abris pendant l’hiver seront fermées.

Cependant, il existe 27 centres d’hébergement à Bruxelles et 75 en Région wallonne qui proposent, tout au long de l’année un hébergement d’urgence ou de moyenne durée pour une capacité réelle d’hébergement de 3.218 places.

Alors, il est vrai qu’au regard des 800 places d’accueil d’urgence qui ont été déployées à Bruxelles cet hiver, nous nous devons de saluer l’effort de la Région de Bruxelles-Capitale, du collège réuni, du CPAS de Bruxelles, du Samusocial et Médecins du Monde d’avoir pu mobiliser autant de moyens humains et financiers pour mettre à l’abri tant de personnes en difficulté.
Saluons aussi le travail des Relais sociaux, des abris de nuit, des CPAS, des travailleurs de rue, de la Croix-Rouge, sans négliger le soutien de la Défense qui a mis des casernes à disposition.
Saluons encore toutes les équipes mobiles et les bénévoles qui ont contribué à donner un peu de chaleur aux plus vulnérables cet hiver.
Saluons l’initiative de la RTBF qui, à travers son opération “Hiver 2012”, aura permis de mettre en lumière toute une série de difficultés auxquelles sont confrontés de plus en plus de citoyens.
Et saluons l’énorme générosité tant matérielle que finanière qui en a découlé.

Mais il est important de rappeler :

  • que la précarité et la pauvreté ne sont pas des phénomènes propres à l’hiver et qu’un travail de prévention doit être réalisé pour le maintien des droits, pour éviter la perte de son logement, pour former les jeunes et leur proposer un emploi de qualité
  • que chaque année, il y a un avant/pendant/après hiver : qu’il ne faut donc pas être surpris à la veille du 15 novembre en se disant “il commence à faire froid, qu’allons-nous mettre en place pour les sans-abris?” ni le 31 mars en se disant “et maintenant que l’hiver est fini, où vont-ils aller?”

Notre secteur est actif depuis de nombreuses années dans le soutien et l’accompagnement des personnes sans abri. Un travail de qualité qui tient compte des besoins de chaque personne est effectué. Alors, saluons leur travail également !.
Les personnes sans abri elles-mêmes ont des choses à dire et des pistes de solutions à proposer. Alors, saluons leur courage !.

En complément de ce salut collectif, soulignons l’initiative du BAPN (Réseau belge de lutte contre la pauvreté) qui a réalisé un dossier de 12 pages sur la situation en Belgique.
Lire le dossier du BAPN : 20120320_-_ceci_n_est_pas_une_blague_-_dossier_action_accueil_hiver_-_bapn1.pdf

Des subsides pour les services d’aide aux sans-abri ou une régularisation d’une situation intenable ? – Mars 2012

Depuis le 15 février, les services wallons (maisons d’accueil et maisons de vie communautaire) attendent de recevoir leurs subsides.
De nombreux contacts avec le cabinet de la Ministre Tillieux ainsi qu’avec l’administration de la Région wallonne ont été pris.
Le retard de liquidation de l’avance trimestrielle des subventions est “dû entre autres à des changements dans les procédures comptables de l’administration”.
Ce retard met les services membres de notre fédération dans des difficultés financières considérables, voire dramatiques pour certains services.

C’est malheureusement pas voie de presse que nous apprenons ce 2 mars que la Ministre Tillieux a décidé d’octroyer des subventions aux maisons d’accueil et aux maisons de vie colmmunautaire.
Nous avons décidé de réagir : lire notre communiqué : 20120302 – Communiqué – Des subsides pour les maisons d’accueil.pdf

Article de Vers l’Avenir du 7/03/2012 en réaction : 20120307 – Avenir – 2 millions pour les maisons daccueil une non-info de la ministre Tillieux.doc

Droit de réponse – Journal Droits des Jeunes – Février 2012

Dans l’éditorial Deux heures pour quitter les lieux du Journal Droits des Jeunes n° 309, l’auteur s’en prend au secteur des maisons d’accueil par le biais d’une fin de séjour en maison maternelle jugée arbitraire et sans solution d’hébergement.

A travers le droit de réponse ci-après, l’A.M.A. apporte des éclairages et des nuances quant au fonctionnement des maisons d’accueil : 20120214 – Le Journal du Droit des Jeunes – Droit de réponse.pdf

“Vivre sans chez soi” – Réaction de l’AMA – Avril 2011

Fin 2010, l’Observatoire de la santé et du social de Bruxelles publiait le rapport bruxellois sur l’état de la pauvreté comprenant un cahier spécifique sur le sans abrisme « Vivre sans chez soi à Bruxelles ».
A la lecture du cahier « Vivre sans chez soi », plusieurs services et intervenants sociaux sont toutefois frappés par l’image négative véhiculée sur le fonctionnement de l’offre d’accueil et d’hébergement à Bruxelles.
Nous avons souhaité réagir : 2011 – Vivre sans chez soi – Réactions.pdf

HERSCHAM doit rester – Septembre 2009

A l’instar de certains agents de quartier, les policiers fédéraux attachés à la cellule Herscham, petite unité spécialisée dans le travail avec les habitants de la rue, étaient jusqu’au 25 août dernier les véritables fers de lance d’une politique de proximité dans l’exécution des tâches dévolues aux forces de l’ordre de la capitale.

Déployant une approche respectueuse des personnes en grande précarité sociale, basée sur la confiance et le dialogue, Herscham s’est imposé au fil du temps comme un interlocuteur privilégié et indispensable pour nombre d’habitants de la rue et de services d’aide du secteur sans-abri. En 2005, Herscham était récompensé par le Prix Belge de la sécurité et de la prévention de la criminalité ; aujourd’hui, le travail de cette cellule semble à l’arrêt.

Cet outil d’intérêt général que la police a vu naître en son sein répondait avec pertinence et efficacité à de multiples besoins :

  • prévenir les troubles de tous ordres par une action discrète et rapide en amont de problèmes tels que l’ivresse publique ou les sentiments d’insécurité ;
  • intervenir auprès des quelques uns qui portent atteinte à l’ordre public et/ou commettent des délits (arrestations) ;
  • protéger les personnes sans-abri les plus vulnérables (pour lesquelles s’adresser d’elles-mêmes à la police représente encore trop souvent un véritable obstacle à franchir) des nombreux dangers de la vie en rue (agressions, harcèlement, …) ;
  • enregistrer les plaintes et leur assurer un suivi effectif ;
  • former les agents de sécurité au travail relationnel avec les habitants de la rue ;
  • faire de la médiation, informer et sensibiliser tant les habitants de la rue que les divers acteurs avec lesquels ces derniers entrent en contacts.

Un aspect important du travail d’Herscham consistait à délivrer des documents tels que les déclarations de pertes de carte d’identité et, par ce biais, apportait une preuve valable de l’identité des personnes, ce qui constitue la première étape indispensable à l’amélioration de la situation des personnes sans-abri.

Afin d’éviter que les personnes sans-abri n’errent d’un commissariat à l’autre ainsi que pour leur garantir l’accès aux services de police et à la sécurité, nous demandons la réactivation de l’unité Herscham avec maintien de l’expertise et du savoir-faire de son équipe.

L’A.M.A. soutient Herscham : Signer la pétition

L’été sera chaud ! – Juillet 2009

Depuis plusieurs mois, les services d’aide aux sans-abri bruxellois croulent littéralement sous les demandes d’aides.
Ces demandes génèrent des tensions, des violences entre usagers mais aussi avec les travailleurs parfois, des remises en question, des fermetures inhabituelles…

Ne voulant pas rester inertes face à ces situations, l’A.M.A. et des services d’aide aux sans-abri lancent un cri d’alarme, espérant ainsi, faire réagir les responsables politiques.

Lire le communiqué : 20090714 – Com de Presse – L été sera chaud.pdf

Hommes prostitués abandonnés à leur sort dès le 1er janvier 2009 : des travailleurs sociaux se mobilisent – Avril 2009

La prostitution masculine est un problème complexe qui se situe au croisement des questions liées à la prostitution et à celles de l’homosexualité. Elle est moins visible et parfois plus taboue que la prostitution féminine et ne peut être comparée à cette dernière.
Depuis 1992, les hommes prostitués n’étaient pris en charge à Bruxelles que par l’asbl Adzon, et ensuite par CAW Mozaïek Adzon. De 1992 à 2008, cette association a effectué un travail de terrain auprès des hommes prostitués, touchant plus de 200 personnes par an.
A partir du 1er janvier 2009, CAW Mozaïek Adzon a arrêté de travailler auprès des hommes prostitués. Qui va continuer malgré tout à travailler auprès de ce public ?

D’anciens travailleurs sociaux d’Adzon se mobilisent car il pense qu’il est indispensable qu’un projet de travail social adapté existe à nouveau à Bruxelles, notamment par du travail de rue dans les lieux de racolage.

Le concours de « Miss SDF » – réaction actualisée de l’A.M.A. – Avril 2009

Depuis octobre 2008, période de l’annonce officielle du lancement du concours de « Miss SDF », beaucoup de réactions se sont faites entendre que ce soit par voie de presse (internationale parfois) ou par des travailleurs sociaux de terrain. De son côté, l’A.M.A. a également fait part de sa réaction sur son site Internet mais également en réponse à des interpellations de journalistes (radio et TV).

Depuis 6 mois, force est de constater que le projet suit son cours et que les réactions sont toujours aussi mitigées quant au fond et à la forme du concours.
Bien que les organisatrices du concours, soutenues par un Président de jury peu scrupuleux, nous assurent à grands renforts d’images – les télévisions locales et internationales s’en sont données à cœur joie pour couvrir l’événement – que les Miss sont bien encadrées et qu’elles sont ravies de participer à ce concours, nous restons cependant sur notre position initiale de prudence.

Prudence parce que nous nous posons toujours autant de questions concernant le réel accompagnement social professionnel et déontologique des femmes participantes à ce concours.
Prudence parce que nous n’avons pas changé d’avis concernant le fait que la précarité et la lutte contre le sans abrisme ne se résolvent pas par l’organisation d’un concours.
Prudence parce que la médiatisation de cet événement, souvent sans nuance et sans une analyse des journalistes, ne permet pas toujours au grand public de percevoir la détresse des participantes face à la naïveté des organisatrices.
Prudence parce qu’un tel événement nous rappelle que beaucoup de personnes sont prêtes à tout pour trouver un logement.

Aussi, l’A.M.A. continuera à être attentive au déroulement de cette initiative, au même titre que plusieurs associations actives dans l’aide et l’accompagnement des personnes sans abri et ce, afin d’éviter certaines dérives de notre société : voyeurisme, profit-commercialisation de la pauvreté…

L’ A.M.A. réagit à l’organisation du concours « Miss SDF » ! – Novembre 2008

Le 7 novembre 2008, l’A.M.A. a été contacté par la radio NRJ afin de réagir à l’organisation du concours « Miss SDF ».
Notre fédération, qui n’était nullement au courant de cette initiative, a cherché à en savoir davantage.
Plusieurs articles de journaux dont la Dernière Heure (DH) pour la presse francophone relayait effectivement les informations donnée par Mathilde Pelsers lors d’une conférence de presse organisée à ce sujet la veille.
Tout récemment Alter Echos a également publié un article (critique celui-ci) intitulé « Miss gadget ».

Nous tenons à notre tour à réagir !

Le logement est un droit fondamental, la précarité et la lutte contre le sans abrisme ne se résolvent pas par l’organisation d’un concours (quel qu’il soit). Aussi, nous voulons appeler à la prudence car nous n’avons aucune information de fond sur le projet pédagogique (objet du concours, prix remis à la gagnante, définition des critères de sélection…) nous permettant de juger de son sérieux.

Cette initiative est entièrement privée, elle ne relève pas d’un projet émanant du secteur de l’aide aux personnes sans-abri.
A notre connaissance, Mathilde Pelsers gère des lieux d’accueil non agréés, ni reconnus par quelque pouvoir de tutelle que ce soit.

Il semble que les maisons d’accueil et les services d’aide aux sans-abri aient reçu un courrier invitant leurs usagères à participer au concours. Chaque membre de la fédération sera bien entendu libre de gérer cette demande selon son appréciation.

Pour le Conseil d’Administration de l’A.M.A.,
Anne DEVRESSE,
Présidente

Remarque : depuis novembre 2008, l’A.M.A. a posté un message sur le site du Guide social ainsi que sur celui de la RTBF, et a répondu aux questions de plusieurs journalistes et étudiantes en journalisme.
Par ailleurs, La Strada mais aussi le Secrétaire d’Etat à la lutte contre la pauvreté, Jean-Marc Delizée, ont également réagit à la tenue de cet événement.

115, un numéro d’alerte pour sans-abri, bientôt opérationnel ? – Janvier 2009

Reportage dans le cadre d’une proposition de 3 députés socialistes à la Chambre

La réaction de l’A.M.A. sur la proposition est nuancée et reste ouverte sur la question :

  • un no gratuit national peut être un bon outil d’information mais il faut tenir compte des spécificités régionales et locales
  • il faut veiller à respecter le fonctionnement de chaque institution tout en permettant au public de trouver une information pertinente
  • il faut veiller à éviter les dérives éventuelles telles que la “traçabilité” des personnes qui demandent de l’aide, ou encore la centralisation des “places d’accueil” qui ne tiendrait pas compte des besoins particuliers des personnes
  • une concertation avec les acteurs de terrain devrait être un préalable à l’enterrinement politique
  • un no gratuit suffit-il à lutter contre l’exclusion sociale
  • ne faut-il pas d’abord soutenir les actions existantes avant d’en créer de nouvelles (DUS en Wallonie, Centre d’appui à Bruxelles, CAW en Flandre)
  • le no sera-t-il accessible aussi par GSM
  • prendre exemple sur le no 115 de Paris alors que le système est décrié de l’aveu même de ses utilisateurs

Le débat est ouvert et l’initiative à creuser !

Pour voir le JT de la RTBF > Choisir « Journal télévisé » > JT de 13h du lundi 2 février et JT de 19h30 du lundi 2 février

Réorganisation du secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri – Avril 2008

Nous faisions part, le 29 juin 2007, de la sortie de la note de politique générale en matière d’aide aux sans-abri initiée par les Ministres en charge de l’Aide aux Personnes pour la Commission Communautaire Commune de la Région de Bruxelles-Capitale (Evelyne Huytebroeck et Pascal Smet). Voir Rubrique Agenda

Cette note, ambitieuse, se fixe notamment pour objectif d’assurer une certaine cohérence au secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri très diversifié (une cinquantaine de services, 3 pouvoirs de tutelle, 3 fédérations…).
Pour y parvenir, les Ministres ont l’intention de créer 2 outils :

  • Un Centre d’Appui qui assurera la cohérence et la complémentarité entre les différents acteurs tant pour la prévention, l’accueil, que la réinsertion
  • Un Service Public d’Urgence Sociale en y intégrant le CASU et le Centre d’Accueil d’Urgence Ariane (ce dernier est membre de l’A.M.A.)

A ce jour, seul le Centre d’Appui a vu le jour. Depuis le 5 septembre 2007 (date de fondation de l’asbl), la Présidente (Anne Devresse) et la Directrice (Christine Vanhessen) de l’A.M.A. sont membres effectives de l’Assemblée générale au nom de fédération. Christine Vanhessen est également Administractrice de l’asbl.
A ce titre, l’A.M.A. devient un acteur encore plus participatif de l’aide aux sans-abri à Bruxelles et restera attentive quant à la mise en application des objectifs poursuivis par le Centre d’Appui. Actuellement, 2 missions sont en cours :

  • la réflexion/réorganisation du Comité de concertation du secteur de l’aide aux sans-abri
  • la réflexion/mise en place d’un processus d’enregistrement des données
    Concernant ce 2ème point, l’A.M.A. tient déjà à faire part de sa plus grande vigilance quant au respect notamment de l’anonymat des données mais aussi des règles de déontologie et de secret professionnel.

Pour en savoir plus sur le Centre d’appui : www.lstb.be

Concernant le Service Public d’Urgence Sociale, nous n’avons aucune information sur le sujet à ce jour.

Chèque allocation-loyer – Bruxelles – Avril 2008

L’A.M.A., en tant que membre du RBDH, a participé à l’action « Chèque allocation-loyer » devant le parlement bruxellois le 18 janvier 2008. Effectivement, Mme Françoise Dupuis, secrétaire d’Etat à la Région de Bruxelles-Capitale chargée du Logement et de l’Urbanisme, a proposé au gouvernement un projet d’allocation-loyer. Ce projet prévoit qu’une allocation-loyer d’un montant maximum de 170 € soit accordée à des personnes dont les revenus ne dépassent pas le revenu d’intégration et qui sont locataires d’un logement communal au loyer plafonné.
Le RBDH n’est pas satisfait, l’allocation-loyer annoncée est bien trop limitée! La Région bruxelloise a prévu 2 millions d’euros pour le financement de cette nouvelle allocation-loyer, ce qui permettrait idéalement d’aider environ 900 ménages. Le RBDH craint que trop peu de communes ne soient disposées à mettre une partie significative de leur parc locatif à disposition de personnes à bas revenus. Par ailleurs, pourquoi limiter l’allocation-loyer aux seuls logements communaux ?

Bientôt plus de subsides pour HOBO ! – Juin 2007

L’A.M.A. soutient l’action de HOBO. Alors que depuis 15 ans HOBO (Vzw HOBO – Geïntegreerde Thuislozenzorg Brussel) oeuvre à l’insertion des sans-abri, la VGC (Vlaams Gemeenschaps-Commissie) menace de suprimer leurs subsides.
HOBO c’est 13 personnes engagées (10 équivalents temps plein), plus de 1.000 accompagnements réalisés en 2006, 16 services bruxellois membres et une dizaine de projets culturels, sportifs et d’apprentissage.

Quel avenir institutionel pour Bruxelles ? L’avis des secteurs social et santé ambulatoire – Mai 2007

Dans le cadre des rencontres irisées, Le CBCS (Conseil bruxellois de coordination socio-politique), en partenariat avec l’Agence Alter, ont convié les secteurs social et santé ambulatoire à débattre sur l’avenir institutionnel pour Bruxelles ? Quelles sont les attentent des secteurs ? Quelles sont leurs propositions ?
Ont notamment participé :

  • Gabriel Maissin (FeBISP, secteur ISP)
  • Marie Wargnies (FSB, secteur de l’aide à domicile)
  • Ludovic Henrard (FEDITO, secteur aide aux toxicomanes)
  • Carole Granjean (FLCPF, secteur du planning familial)
  • Bénédicte Dubois (FMM, secteur des maisons médicales)
  • Didier de Laveleye (Diver’Cité, secteur Cohésion sociale)
  • Christine Vanhessen (AMA, secteur personnes sans-abri)
  • Thérèse Kempeneers-Foulon (AFrAHM, secteur personnes handicapées)
  • Anne Snick (Réseau Flora, secteur ISP)
  • Marguerite Mormael (Alzheimer Belgique, secteur personnes âgées)

Pour en savoir plus : www.cbcs.be

Soutien à l’asbl Diogènes – Avril 2007

L’A.M.A., la Fédération « Bico » et le Regio Overleg Thuislozenzorg soutiennet le refinancement du projet de “Soutien au logement” développé par l’asbl DIOGENES

Aider les habitants de la rue à accéder à des logements salubres à loyers modérés, créer des portes de sortie originales aux maisons d’accueil (habitat solidaire, …) ou bien encore redonner du sens au logement et permettre l’investissement de celui-ci sont autant d’actions permettant d’accroître l’émancipation et la stabilisation des personnes « hors de la rue ».
Cela permet aussi de réduire la pression que les demandes de séjour exercent quotidiennement sur les centres d’hébergement d’urgence et sur les maisons d’accueil.

Dans cette perspective, le renforcement de projets oeuvrant à la recherche active de logement et le développement d’actions préventives à la perte du logement constituent deux des priorités structurelles promues par le secteur bruxellois de l’aide aux personnes sans-abri.
Le projet de « Soutien au logement et à l’insertion dans le quartier » porté par l’asbl Diogènes en étroite collaboration avec la Ville de Bruxelles ayant démontré toute sa pertinence dans la rencontre de ces objectifs, nous demandons aux pouvoirs publics compétents de veiller à pérenniser et à renforcer cette initiative efficace.

Le Ministre Dupont veut aider les CPAS à faire face aux situations d’urgence sociale – Mars 2007

On peut s’étonner voire être choqué de la mesure.

Doit-on se réjouir de voir que 450 places (1.500 à terme – quand ?) d’urgence vont être créées lorsque l’on sait que souvent les maisons d’accueil affichent “complet” ?

Il est en tout cas certain que l’A.M.A. n’a pas eu vent de cette initiative qui relève d’une compétence fédérale.

Nous resterons, bien évidement, vigilants quand à la suite qui sera donnée à ce dossier et n’hésiterons pas à interpeller nos Ministres sur le sujet.

Occupation du 10 Bd de Waterloo – Novembre 2006

L’A.M.A. et la FCSS dénoncent le manque de logements décents à Bruxelles suite de la très médiatique occupation du 103 Boulevard de Waterloo. 2006.11.23 – FCSS-AMA – Occupation du 103 bd de Waterloo.pdf

Elections communales – Octobre 2006

L’A.M.A., la FCSS et la FLCPF lancent un appel aux futurs mandataires communaux : l’augmentation de la précarité à Bruxelles est un défi majeur : Il faut y répondre par des politiques sociales concertées et une préoccupation accrue à la question de l’accès au logement. 2006.10.04 – FCSS-AMA-FLCPF – Appel aux futurs élus.pdf

Soutien au SMES (Santé Mentale Exclusion Sociale) – Septembre 2006

Le SMES a connu une période de méfiance de la part de la Région et de la COCOF en septembre dernier.
Parce que plusieurs membres de l’A.M.A. sont à l’origine du SMES ou parce qu’ils travaillent régulièrement avec ce service, nous avons écrit un courrier à la COCOF.

 

AMA - A.S.B.L. • Rue des Champs Élysées, 13 - 1050 Bruxelles • Tél & fax : +32 2 513 62 25
Avec le soutien de la COCOF
À propos du site • Réalisation : Mezzotinto • © AMA 2007—2014