Recherche-action : Des familles sans chez soi

Publication du rapport de recherche

Nous sommes heureux de vous présenter les résultats de la recherche-action menée depuis plus d’un an auprès des travailleurs des maisons d’accueil bruxelloises et wallonnes mais aussi de parents et d’adolescents ayant séjournés dans celles-ci.

Présentation du projet

Mener une recherche-action avec les maisons d’accueil agréées et subventionnées par la Cocof, la Cocom et les maisons d’accueil wallonnes membres de l’ A.M.A. qui hébergent des familles et/ou parent seul avec enfant(s). Les publics visés par la recherche action sont les professionnels des maisons d’accueil ainsi que les personnes hébergées qui le souhaitent : parents et enfants.

L’objectif et de faire un état des lieux de la situation existante :

  • Dresser un portrait des pratiques professionnelles relatives à l’accompagnement des enfants et au soutien à la parentalité dans les maisons d’accueil.
  • Pointer les principales problématiques face auxquelles se trouve confrontée chacune des 3 parties : enfant/parent/professionnel
  • Détecter les besoins de chacune des 3 parties

Sur base de ces constats, préciser les missions spécifiques des maisons d’accueil par rapport à l’accompagnement des enfants et au soutien à la parentalité.
Élaborer des balises permettant à chacune des parties d’avancer dans la réalisation de son projet spécifique.

Contexte de la recherche-action

C’est un fait constaté depuis de nombreuses années, de plus en plus de femmes et de familles deviennent sans abri. De plus, 80 % de la capacité d’accueil à Bruxelles et en Wallonie est destinée aux familles (couples ou personnes isolées avec enfants) pour 20 % destinée aux hommes seuls.

Les problématiques rencontrées par ces familles sont nombreuses et souvent imbriquées : pauvreté, violences conjugales et intrafamiliales, absence ou difficultés de logement, situation sociale, administrative et/ou juridique complexe, problèmes de santé, isolement et faible réseau social…

La conception du travail social envers ces familles a évolué. L’enfant n’est plus uniquement considéré comme accompagnant l’adulte mais comme une personne à part entière, avec ses propres souffrances, qui nécessite un accompagnement spécifique (suivi psychologique, organisation d’activités, collaboration avec des services extérieurs…). Un travail en lien avec l’éducation et le rôle parental est également une dimension « travaillée » avec les parents.
Plus particulièrement pour les enfants, les problématiques découlent souvent des souffrances liées à de nombreuses ruptures (familiales, scolaires, logement…), parfois même suite à des violences à l’intérieur de la cellule familiale. Les difficultés relationnelles sont courantes. L’arrivée en maison d’accueil, l’absence d’une représentation stable du père sont autant de facteurs insécurisants et perturbants pour les enfants.
De plus, ces éléments sont, dans la majorité des situations, vécus dans un contexte de grande précarité.

Ce travail « avec » les enfants pose néanmoins la question de « la place » du professionnel. Il s’agit souvent de trouver une bonne adéquation entre la place du parent et celle du professionnel. L’accord du parent est nécessaire pour pouvoir travailler dans la confiance et le respect des compétences de chacun. L’évaluation des « compétences parentales » reste toutefois une question délicate.
Certaines mères refusent toutes interventions auprès de leur enfant, elles souhaitent « tourner la page ». D’autres, par contre, préféreraient se « décharger » totalement sur les intervenants de la maison d’accueil « pour qu’ils s’en occupent ».

Toutefois, les législations régissant notre secteur « d’adultes en difficultés » ne précisent pas de missions ou d’objectifs spécifiques par rapport au public des enfants. Chaque institution élabore un projet pédagogique adapté à sa philosophie de travail et à ses réalités propres.

La recherche action a pour but de tenter de combler ce « vide » laissé par les pouvoirs de tutelle. Pour ce faire, elle s’appuiera sur les expériences et le vécu des professionnels (éducateurs, assistants sociaux, psychologues) des maisons d’accueil mais aussi des personnes qui y sont hébergées (adultes et enfants).

Après une phase exploratoire permettant de faire un état des lieux des institutions, de leurs pratiques et de leurs publics, la chargée de recherche travaillera, via des focus-groups, différentes thématiques (représentations, attentes et besoins) auprès des différents protagonistes de la relation triangulaire : enfant/parent/professionnel.

Cette recherche action abordera également la question de la parentalité avec les pères qui sont accueillis dans les maisons d’accueil pour hommes seuls. Les situations souvent très complexes de ces personnes (grande pauvreté, difficultés relationnelles, alcoolisme…) ont souvent eu pour conséquences de mettre fin à la relation père-enfant(s).

Sur base de ces constats, la chargée de recherche aura pour tâche de dégager le travail spécifique (« bonnes pratiques ») des maisons d’accueil par rapport à l’accompagnement des enfants et au soutien à la parentalité.

A long terme, nous souhaitons, grâce à la réalisation de ce projet, encourager et soutenir les institutions dans le développement de projets spécifiques qui favorisent la prise en compte du vécu, des besoins et des demandes des familles. Mais aussi de promouvoir le travail de soutien aux parents dans leur rôle éducatif et affectif, de poursuivre la réflexion sur la place du père dans le travail d’accompagnement, de s’interroger sur les impacts de l’institutionnalisation des enfants et sur les moyens de rompre le cycle de l’exclusion sociale.

Infos et contact : Claire Street – Chargée de recherche

25 mai 2012 : Journée d’étude au BIP

L’A.M.A. a le plaisir de vous inviter à la journée d’étude consacrée aux résultats de la recherche-action menée depuis plus d’un an auprès des professionnels des maisons d’accueil mais aussi de parents et d’enfants hébergés dans celles-ci.

Cette journée s’adresse aux travailleurs du secteur de l’aide aux sans-abri mais aussi à tous les secteurs connexes qui accompagnent de près ou de loin ces familles précarisées.

Programme :

9h00 : Accueil
9h30 : Introduction par Christine Vanhessen (Directrice de l’A.M.A.)
9h45 : Présentation des résultats de la recherche par Claire Street (chargée de recherche) et Deborah Oddie (Coordinatrice à l’A.M.A.)
11h15 : Pause café
11h30 : Points de vue : 3 intervenants nous font part de leurs réflexions :

  • Geneviève Bazier, responsable de la Direction études et stratégies de l’ONE
  • Anne-Françoise Dusart, chargée de projets au RIEPP
  • Un intervenant du secteur de l’Aide à la Jeunesse
    12h30 : Pause déjeuner
    13h30 : Ateliers : « Travailler ensemble pour le bien-être des familles »
  • A1 : Les partenariats avec le SAJ
  • A2 : Renforcer le lien mère-enfant
  • A3 : Exprimer ses émotions face aux violences conjugales
  • A4 : Milieux d’accueil de l’enfant
  • A5 : Les partenariats autour de la santé/santé mentale
    15h00 : Retour des ateliers et échanges avec la salle
    15h30 : Conclusion par Martin Wagener, doctorant en sociologie, UCL-CriDIS
    16h00 : Clôture

 

AMA - A.S.B.L. • Rue des Champs Élysées, 13 - 1050 Bruxelles • Tél & fax : +32 2 513 62 25
Avec le soutien de la COCOF
À propos du site • Réalisation : Mezzotinto • © AMA 2007—2014