skip to Main Content
event_conseil_administration

Le Conseil d’administration est composé statutairement de 10 personnes : 5 représentant.e.s bruxellois.es et 5 représentant.e.s wallons.nnes.

Parmi ces représentants, l’Assemblée générale désigne 1 co-président.e bruxellois.e et 1 co-président.e wallon.nne

Discours de candidatures du duo de co-présidents lors de l’Assemblée générale d’octobre 2020

« Les enjeux d’une fédération sont essentiels.  En effet, on peut se dire que si se réunir est un début et que rester ensemble est une volonté, se fédérer est à coup sûr une force.

L’AMA, c’est nous, l’AMA c’est vous, l’AMA c’est v(n)ous.

Rassembler, soutenir, développer une expertise, se positionner, communiquer, interpeller, convaincre, défendre les intérêts des membres, former, se renforcer.  Des mots clés qui jalonnent les objectifs stratégiques de l’AMA et qui sous-tendent une ambition commune : la défense des intérêts de nos membres, de nos institutions et, in fine, de notre public.

2020-2023 sera le 3ème plan triennal stratégique consécutif de l’AMA et plusieurs défis importants se profilent pour les 3 prochaines années.

Si les membres nous donnent leur confiance et valident notre nouveau duo de co-présidence, nous souhaiterions pouvoir mettre l’accent sur certaines orientations qui nous paraissent essentielles.

Depuis l’année passée, nous avons entamé de nouvelles législatures régionales.  Ce qui signifie, qu’à nouveau, nous continuerons à assurer une présence auprès des cabinets ministériels afin que nos revendications sectorielles puissent trouver écho.

En ce qui concerne Bruxelles, notre Ministre de tutelle, Alain Maron (ECOLO), étant à la fois compétent pour la COCOF et la COCOM, nous devons nous saisir de cette opportunité pour créer des liens tout au long de la législature entre ces 2 pouvoirs subsidiants.

Au niveau de la nouvelle ordonnance COCOM, nous devons continuer, en tant que fédération, à défendre auprès des pouvoirs politiques notre vision ;  à savoir la mise en place de mesures long termes permettant de basculer vers une logique structurelle qui empêche que les personnes ne deviennent ou retombent sans abris.

Afin d’appuyer notre vision, nous continuerons, entre autre, à promouvoir les recherches pouvant contribuer à la prévention et/ou aux traitements des problèmes de sans-abrisme.

Au niveau des maisons d’accueil, de manière non-exhaustive, le renforcement des missions spécifiques, le soutien des personnes cumulant plusieurs problématiques (dépendances, troubles psychiatriques…) ainsi que le financement du personnel administratif et ouvrier restent également des enjeux importants à défendre.

En ce qui concerne la Wallonie, nous souhaitons nous positionner dans la continuité du travail entamé conformément aux choix exprimés par nos membres et dont le plan stratégique est l’émanation et concrétisation « notre livre de chevet ».   Notre Ministre de tutelle, Christie MORREALE (PS), à la demande de notre secteur, entame une refonte de notre décret.  C’est le moment pour l’AMA de défendre la vision proposée par les acteurs de terrain à travers  notre mémorandum ainsi qu’en s’appuyant sur le rapport sectoriel wallon comme base de travail.

Poursuivre notre réflexion et  le développement  d’une approche globalisée, transversal du secteur en regard de la diversité des services existant sur l’ensemble de la Wallonie.

Enfin, représenter un maximum de services du secteur nous permet de nous consolider en tant qu’interlocuteur incontournable au niveau politique mais ne doit pas nous faire oublier l’essentiel, à savoir : être au plus près de chacun de nos membres, à l’écoute de leurs besoins.

Poursuivre le partage d’expériences, continuer à travailler les questions patronales pour soutenir les directions, continuer à organiser des formations, des intervisions adaptées à la diversité de nos institutions, des moments de rencontre pour permettre la remise en question et l’amélioration de nos pratiques …  Être là, être ce fil conducteur qui crée de l’interaction entre la diversité de nos membres nous semble essentiel.

Plus largement, renforcer l’existant pour consolider nos actions ;  faire évoluer les règlementations au profit de nos membres ;  travailler au décloisonnement des secteurs, à l’amélioration de nos pratiques sont, selon nous, les pierres angulaires de notre travail de lutte contre le sans-abrisme et de notre investissement au sein de la fédération.« 

Elisabeth Deladrier – co-présidente bruxellois | Joël Kinif – co-président wallon

quis, elementum lectus amet, nunc vel, leo. Lorem odio mi, Back To Top
X