skip to Main Content

Sans-abri à Bruxelles : le dossier électronique de la discorde

Toujours en attente, le dossier social électronique qui aurait pour objectif de recenser des informations sur les sans-abri de la capitale continue de crisper les esprits. D’un côté, on considère cet outil essentiel pour gérer cette problématique du non-logement à grande échelle. De l’autre, on le juge éloigné des réalités de terrain, dangereux pour la vie privée des SDF et périlleux pour l’avenir du secteur. Sans doute l’un des meilleurs exemples pour montrer que numérique et travail social ne font pas souvent pas bon ménage…

Retour le 17 avril 2018. Devant le parlement bruxellois, douze personnes membres du mouvement Droit à un toit distribuent des tracts. « C’était à l’occasion de la première séance en commission des Affaires sociales de l’examen du projet d’ordonnance relative à l’aide d’urgence et à l’insertion des personnes sans abri », raconte Laurent d’Ursel, secrétaire général du Syndicat des Immenses (Individus dans une merde matérielle énorme, mais non sans exigences) et coordinateur chez DoucheFLUX. Objectif de cette ordonnance : réorganiser le secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri et rééquilibrer le rapport entre travail social et aide d’urgence. « Il y avait des choses formidables dans cette ordonnance, continue-t-il. Elle permettait par exemple au centre de jour de disposer enfin d’un cadre juridique. Mais certains éléments n’allaient vraiment pas dans le bon sens. » Plusieurs éléments font tiquer le mouvement (lire « Sans-abri à Bruxelles : un projet d’ordonnance qui sème le trouble », Alter Échos n°441-442, avril 2017) mais c’est essentiellement autour d’un projet que les crispations se forment : la création d’un dossier social électronique géré par Bruss’Help recensant la situation de tous les sans-abri en demande d’aide.

Lire la suite de l’article : Alter Echos

Auteur : Robin Lemoine – Agence Alter

Back To Top
X