skip to Main Content

La Région débloque plus de 2 millions d’euros pour migrants et sans-abri

La porte d’Ulysse, qui accueille les migrants en transit, pourra poursuivre ses activités dans les locaux occupés cet hiver par la Croix Rouge.

Migrants et sans-abri les plus vulnérables ne seront finalement pas contraints à la rue. La Région a finalement trouvé un compromis pour mobiliser les fonds pour l’accueil d’urgence des plus vulnérables. Si une proposition avait déjà été faite à destination des migrants pris en charge jusqu’à la fin avril dans le centre « la porte d’Ulysse » à Haren, la plateforme citoyenne avait rejeté l’offre estimant qu’une solution globale incluant les sans-abri était nécessaire.

Dont acte. Les ministres bruxellois ont débloqué 1,7 million d’euros pour doubler l’offre d’hébergement du centre du Samusocial, boulevard Poincaré, avec 200 places supplémentaires. Mieux que rien, mais insuffisant, au regard des 300 sans-abri identifiés comme vulnérables par le Samusocial (femmes, enfants, familles, personnes atteintes de troubles mentaux…). « Les constats chiffrés ne laissaient planer aucun doute, le public vulnérable en cette fin de plan hiver est davantage constitué cette année par des femmes et des enfants », a souligné dans un communiqué la ministre Céline Fremault (CDH), en de l’Aide aux personnes.

Professionnalisation

Pour la plateforme citoyenne, c’est une belle opération. La porte d’Ulysse pourra normalement déménager dans les locaux voisins adaptés à l’accueil de nuit – le premier bâtiment était d’anciens bureaux inoccupés depuis 15 ans – et le budget de 600.000 euros alloué par la Région devrait permettre de professionnaliser le dispositif. « On voudrait salarier entre 6 et 10 personnes pour s’occuper de postes de coordination et de veilleurs, explique Mehdi Kassou. La bonne nouvelle, c’est qu’on pourra ainsi préserver les emplois que pourvoyait le Samusocial dans le cadre du plan hiver. » Les bénévoles resteront cependant au cœur du système. La somme devrait permettre de maintenir l’accueil, prévu pour 250 à 300 personnes, jusqu’à l’hiver prochain. Reste à voir avec la Ville de Bruxelles sous quelle forme elle souhaite donner son soutien.

Si un compromis (et l’argent) a pu être trouvé, la Région n’a pas manqué de rappeler ses griefs vis-à-vis du Fédéral, compétent pour l’accueil des migrants mais qui refuse de s’associer au projet, synonyme d’appel d’air. Des courriers ont été adressés aux cabinets de Charles Michel et Theo Francken pour « rappeler l’Etat fédéral à ses responsabilités en matière d’accueil des personnes dépourvues de titre de séjour et en transit sur notre territoire ».

Mis en ligne le 4/05/2018 à 10:49 Lorraine Kihl

http://plus.lesoir.be/154831/article/2018-05-04/la-region-debloque-plus-de-2-millions-deuros-pour-migrants-et-sans-abri

a17f0cd6ffb91ea034dcff4b98bf4c1bXXXXXXXXX Back To Top
X