skip to Main Content

Toujours pas d’abri de nuit en Brabant Wallon. Il y fait pourtant aussi froid qu’ailleurs

Nous sommes dans l’abri de jour de l’association  » Un toit, un cœur  » rue des Bruyères à Louvain-La-Neuve. Au chaud devant une tasse de café, Hugo, Aurélien, Julien et quelques autres s’y retrouvent comme presque tous les jours. Ils peuvent rester là jusque 16 heures trente. Après, Ysaline l’une des permanentes, sera bien obligée de les mettre à la porte de ce refuge où ils sont parfois plus de vingt à s’entasser.

«  Nous n’avons pas le choix, les locaux sont payés par le CPAS qui les loue lui-même à l’UCL et nous ne pouvons pas assurer l’accueil de nuit. Et pourtant parmi les gens qui sont ici, certains se retrouveront à la rue parfois. Obligés de trouver un parking, une cage d’escaliers… sauf si la solidarité joue. Et fort heureusement, ici à Louvain-La -Neuve, c’est souvent le cas. Mais quand même, chaque hiver on martèle que la Province n’a pas encore d’abri de nuit pour les sdf et autres personnes précarisées. Sans résultat, ajoute la jeune assistante sociale. « .

En attendant l’heure critique, Julien et Aurélien nous racontent leurs parcours. La vie à la rue ils en connaissent un bout. Et ce n’est pas certain qu’ils retournent dans un abri de nuit. Julien en tout cas en a fait la triste expérience une seule fois dans sa vie. Il a été à Namur et en est ressorti sans chaussures et sans pantalons.  » L’abri de nuit, non en tout cas pas comme celui que j’ai connu. Nous, on voudrait une formule plus familiale, où on se connait et on se retrouve en sécurité… Ce n’est pas souvent le cas. Donc moi, je me débrouille et je dors le plus souvent dans un parking ou une cage d’escaliers. Nous sommes trois à vivre comme ça. Mais la solidarité joue beaucoup ici. Voilà, par exemple je viens de recevoir une dizaine d’appels pour m’inviter à dormir chez l’un ou l’autre vu que cette nuit, la météo va vraiment descendre fort bas. »

Certaines de ces personnes ont trouvé une roulotte, une caravane ou un garage qu’ils paient et sont ainsi à l’abri et ont un toit. Parfois sans chauffage ou électricité, mais à l’abri en, tout cas.

Du côté des autorités provinciale, le député MR, Tanguy Stuckens explique que les réflexions sont en marche pour trouver la ville qui pourra accueillir cet abri de nuit obligatoire selon le décret de 2016 de la Région wallonne.  » Mais, il n’y a pas de grandes villes en Brabant Wallon et trouver le lieu idéal ne sera pas chose facile, commente le député provincial sur nos antennes ce mercredi matin. Il serait plus que probable que l’abri s’installe à Ottignies comme cela a déjà été le cas. Mais de toute manière, nous ne laissons pas les gens dans la rue. Les CPAS peuvent apporter un logement en urgence et nous pouvons aussi réquisitionner des chambres d’hôtel, s’il le faut « .

En attendant, pour cette nuit, Julien et ses amis de la rue ont tous une solution pour dormir au moins à l’abri du froid. Mais la problématique est sans doute plus vaste que celle de trouver un logement en période hivernale pour celles et ceux qui ont choisi la rue, parfois il est vrai en désespoir de cause.

Source: RTBF.be –   Sonia Boulanger – Publié le mercredi 28 février 2018 à 12h23

  https://www.rtbf.be/info/regions/brabant-wallon/detail_toujours-pas-d-abri-de-nuit-en-brabant-wallon-il-y-fait-pourtant-aussi-froid-qu-ailleurs?id=9853186

Curabitur elit. Aliquam felis eleifend Sed commodo risus. tristique leo. luctus Back To Top
X