skip to Main Content

Abri de nuit : Tournai s’en remet une nouvelle fois au fédéral

Le bâtiment du CPAS où les sans-abri sont accueillis cet hiver est vendu. La ville de Tournai cherche donc d’autres solutions, comme des locaux à la caserne militaire.

Le député-bourgmestre, Paul-Olivier Delannois (PS), a bien sa petite idée : recaser les sans-abri à la caserne Saint-Jean. Pas dans la partie qu’occupent en ce moment les demandeurs d’asile, et qui était jusque-là dévolue à l’abri de nuit, mais bien dans un autre bâtiment du site, inutilisé pour l’instant, et pour lequel la Ville devrait faire quelques travaux de mise en conformité. Sauf que le bâtiment appartient à la Défense.

Paul-Olivier Delannois vient donc d’interpeller son ministre à ce propos. Et Steven Vandeput (N-VA) renvoie la balle au gouvernement fédéral, qui n’a pas encore tranché sur l’implantation de militaires sur ce site.

Impossible donc pour le moment de dire si l’abri de nuit s’installera là ou ailleurs l’hiver prochain.

Du côté des acteurs de terrain, on ne semble pas trop inquiet. Ce n’est pas la première fois que l’abri de nuit se retrouve dans ce genre de situation. Et on a toujours trouvé une solution.

Maintenant celle que préconise le bourgmestre est-elle la bonne ? En tout cas, ce qui est sûr, pour Corinne Gilet (la responsable du Relais social), c’est qu’il faudrait un abri de nuit ouvert toute l’année à Tournai, pas seulement pour le plan grand froid. « La difficulté, c’est d’avoir cette interruption de neuf mois. Pour certains, ne pas avoir cette coupure, permettrait d’avoir un travail à plus long terme et d’arriver à faire quelque chose (…) Pour certaines personnes, il faut seulement recommencer au 1er novembre ce que l’on avait entamé. Et ça prend un peu plus de temps. »

Rappelons que l’abri de nuit à Tournai compte 30 lits. Cet hiver, les demandes sont en nette augmentation par rapport à l’an dernier.

Donec venenatis, elit. quis, quis risus. mattis mattis dictum ultricies tempus Back To Top
X