skip to Main Content

France : Paris organise la deuxième Nuit de la solidarité pour recenser les personnes à la rue

Quelque 1 600 Parisiens bénévoles vont arpenter la capitale dans la nuit de jeudi à vendredi. En février 2018, lors de la première édition, 3 035 sans-abri avaient été dénombrés.

Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 février, de 22 heures à 2 ou 3 heures du matin, quelque 1 600 Parisiens bénévoles répartis en 353 équipes pilotées par un professionnel vont, cartes à la main, sillonner une par une les rues de la capitale.

L’objectif de cette opération, baptisée Nuit de la solidarité, est de compter les personnes qui dorment dans la rue ou sous des tentes et, quand c’est possible, de les interroger : « Depuis quand dormez-vous dans la rue ? », « Quel motif vous a conduit à cette situation ? », « Avez-vous des ressources ? », « Avez-vous appelé le 115 ? »… Les réponses resteront anonymes et aucune information n’est collectée concernant la nationalité des personnes rencontrées.

La mairie de Paris avait, le 14 février 2018, organisé la première édition de ce comptage hors norme : 3 035 personnes avaient été dénombrées dans les rues, les bois, les gares et les stations de métro. Il s’agissait d’un chiffre minimal, car, grâce au plan hivernal et au plan grand froid déclenchés à cette époque, la capacité d’accueil était à son maximum de 16 000 personnes hébergées.

Ce recensement avait contredit les propos maladroits du ministre du logement, Julien Denormandie, qui avait déclaré, le 30 janvier 2018, au micro de France Inter : « C’est à peu près une cinquantaine d’hommes isolés, en Ile-de-France », qui dorment dehors.

Cette deuxième Nuit de la solidarité va combler en partie les lacunes de la première. Les vingt-huit parkings Indigo, mais aussi les treize de la Saemes, seront visités par les employés. La SNCF et la RATP vont, comme en 2018, se charger d’inspecter les gares et les 246 stations de métro et de RER et, cette fois-ci, remplir les questionnaires. Le périmètre est élargi aux talus des périphériques, aux halls des immeubles du bailleur social Paris Habitat, aux services d’urgences des treize hôpitaux parisiens mais aussi aux 350 parcs et jardins de la ville, avec inspection approfondie des endroits sensibles.

20 000 places d’hébergement

Combien de sans-abri seront recensés cette année ? Difficile à prévoir, car le nombre de places d’hébergement n’a jamais été aussi élevé : 20 000 dans la capitale et même 22 000, d’ici à mars, sans compter que de nouveaux lieux accueillent familles et femmes.

C’est d’ailleurs l’une des leçons de 2018 : 12 % des sans-abri sont des femmes. La mairie et l’Etat, qui a la compétence de l’hébergement d’urgence, ont conjugué leurs moyens pour les accueillir : « Il faut reconnaître que l’Etat a fait des efforts en renforçant les capacités d’accueil, se félicite Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris, chargée des solidarités et de la lutte contre l’exclusion et cofondatrice, en 1993, du SAMU social. Les campements de migrants, au nord de Paris, ont été démantelés ces derniers jours, mettant à l’abri 2 000 personnes, ce qui prouve que cette Nuit de la solidarité a déjà des effets positifs. »

L’opération parisienne, inspirée de l’expérience des grandes villes américaines comme New York ou Chicago, fait des émules. Metz a réalisé un comptage le 16 mars 2018, Grenoble, le 31 janvier, et Rennes s’apprête à le faire. Beaucoup d’autres municipalités l’envisagent comme Lyon, Limoges, Toulouse ou Montpellier.

Ces opérations sont l’occasion de mettre un coup de projecteur sur les invisibles qui hantent les rues de toutes les grandes cités du monde, et de sensibiliser et d’impliquer les citoyens.

 

Par Isabelle Rey-Lefebvre

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/07/paris-organise-la-deuxieme-nuit-de-la-solidarite-pour-recenser-les-personnes-a-la-rue_5420289_3224.html

pulvinar tristique massa dolor. dictum Praesent diam quis amet, Back To Top
X