skip to Main Content
sendinblue_bandeau_journeeetudes_logos

Dans le cadre de la 4ème édition de la «Quinzaine des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri», l’AMA a organisé la journée d’étude «Accompagnement social et distance professionnelle» au théâtre Jardin Passion à Namur.

Quinzaine des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abris

Cette journée d’étude s’inscrivait dans la continuité de la quinzaine wallonne des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri. L’objectif était de questionner le travail social réalisé dans notre secteur au regard de la posture du travailleur et de la distance professionnelle lorsqu’on travaille avec la grande précarité.

DSC05881

Interventions et échanges

Nous avons accueilli deux intervenants : Christophe Panichelli, psychiatre formé à la thérapie familiale systémique. Il nous a présenté ses travaux sur l’humour et la juste distance. Véronique Van Espen, coordinatrice de l’Association bruxelloise pour le bien-être au travail nous a expliqué les liens entre la posture du travailleur et la posture des équipes.

Suite à leur intervention, ils ont été rejoint par un panel de travailleurs du secteur afin d’enrichir les réflexions menées avec leurs expériences de terrain.

DSC05865

Extrait du Discours d’ouverture de Patricia Vansnick, membre du CA de l’AMA :

« Le travailleur social est un acrobate, il travaille avec des personnes en souffrance. Souffrance et fragilité générées par la pauvreté, par une histoire personnelle traumatisante, par la répétition d’exclusions, par la perte de repères, par la solitude et la perte de confiance en soi, en les autres, en les institutions.

 S’engager, entrer dans le don, accepter l’autre, se laisser toucher tout en protégeant son espace personnel sans jamais dépasser la position professionnelle.Et c’est bien là que l’acrobate doit déployer ses compétences professionnelles et émotionnelles. »

DSC05900

L’après-midi a eu lieu la représentation de la pièce « L’odeur » écrite et mise en scène par Rémi Pons. Entre documentaire et fiction, cette pièce a permis de traverser le sujet de la journée au travers de  l’histoire particulière d’un travailleur social. Elle mène une réflexion sur la place que l’éducateur occupe aujourd’hui dans notre société : discret, mais engagé et ferme. Les travailleurs sont confrontés en première ligne à l’abandon social ainsi qu’à l’absurdité de problèmes structurels qui bien souvent les dépassent. La question de la solitude et de l’isolement dans une société qui refuse la fragilité et qui fabrique de la souffrance sociale, n’épargne pas non plus ces travailleurs.  L’odeur est une mise en valeur de l’engagement que le métier de travailleur social exige.

L’odeur

« Anouar, le sans-abri, est mort. Le travailleur social se lève comme tous les jours. Il se rase. Va partir au travail. Il doit aussi vivre avec cette absence. Continuer son travail, avec les autres. Comme à chaque fois qu’il y a un mort. Il cherche à tenir, encore, trouver du sens, y croire… Mais cette fois, c’est trop. Cette fois, tout a un sale goût. Cette absence l’envahit. Les mots sortent. Le travailleur raconte. »

Remerciement

Nous tenons à remercier pour cette journée, les intervenants, Christophe Panichelli et Véronique Van Espen, tous les travailleurs ayant participé aux panels, Quentin Ervyn, Hélène Kergenmeyer, Anouck Moinil, Ombeline Evrard, Coralie Luxant et Hélène Montluc, l’animatrice de la matinée, Martine Cornil ainsi que Pascal Degaillier, conseiller de la Ministre de l’action sociale Alda Greoli,  pour son intervention et nos administrateurs, Joël Kinif et Patricia Vansnick pour l’ouverture et la clôture de la journée.

DSC05922
commodo suscipit Phasellus tempus facilisis accumsan risus commodo Curabitur Back To Top
X