skip to Main Content

Logement social : une liste d’attente qui dépasse le nombre de logements disponibles à Bruxelles

A Bruxelles, le manque de logements sociaux se fait de plus en plus criant chaque année. Avec la croissance démographique et l’augmentation de la pauvreté en Région bruxelloise, la liste d’attente pour obtenir un logement public s’allonge. Actuellement, on dénombre 45.478 ménages inscrits pour un nombre de logements de 36.117 logements. Impossible donc pour la Région de répondre à la demande ni maintenant ni dans les 10 ans à venir. Construire des logements sociaux est un véritable parcours du combattant car très souvent, les projets sont recalés ou prennent beaucoup de temps car les communes ne sont pas très enclines à accueillir une population précarisée qui va venir gonfler le nombre d’allocataires sociaux.

Pourtant, depuis 2004, les plans de construction se multiplient. Le premier a été mis sur la table par Françoise Dupuis (PS). L’ancienne secrétaire d’Etat avait annoncé le chiffre de 5.000 nouveaux logements dans son Plan régional logement (PRL). A l’heure actuelle, 1.946 logements sociaux ont été produits, 728 sont en chantier et 65 disposent d’un permis d’urbanisme. « Nous avons aussi identifié l’emplacement des autres entités à construire, ajoute Céline Fremault. Cela signifie qu’aujourd’hui 97 % du PRL sont identifiés. » Il manque encore 585 unités à programmer près de 15 ans après l’annonce du plan.

Pour l’Alliance Habitat, le plan lancé en 2009 par Christos Doulkeridis (Ecolo), les chiffres ne sont pas beaucoup plus réjouissants. Ce plan prévoyait également la construction de logements moyens afin d’aider les jeunes ménages à s’ancrer dans la Région bruxelloise et à créer une plus grande mixité dans les quartiers et les projets. D’autres opérateurs comme Citydev ou les communes ont ainsi pu participer à la création de logements. L’objectif était de 6.720 logements publics. Aujourd’hui, seulement 12 % sont sortis de terre mais « 85 % du programme ont été identifiés ». Cela signifie que 345 sont toujours en construction, 389 ont obtenu leur permis d’urbanisme, 361 sont toujours dans une procédure de permis d’urbanisme et 3.849 sont en cours. Dans cette catégorie, on regroupe les logements dont la demande de permis est en cours de rédaction, ceux encore à l’étude et ceux en attente. Malgré cela, 996 unités ne sont toujours pas plus concrètes que la promesse d’un politique en période électorale.

En 14 ans, la Région a donc pu produire 2.464 logements sociaux neufs. Pour combler ce manque, la ministre du Logement, Céline Fremault (CDH), a tenté d’augmenter le nombre de logements en AIS (agence immobilière sociale) en proposant aux propriétaires des loyers plus attractifs. Elle a également lancé des appels d’offres auprès des promoteurs privés afin qu’ils construisent directement des logements publics ou alors, la société bruxelloise du logement social (SLRB) achète des projets privés ayant déjà obtenu leurs permis d’urbanisme. Enfin, la Région a mis sur pied un plan de rénovation des 3.000 logements vides.

Malgré cela, aujourd’hui, lorsqu’une personne obtient un logement social, elle a attendu en moyenne entre 7 et 9 ans, le délai dépendant du nombre de chambres désirées. Il manque encore de grands appartements mais ce sont les logements une chambre qui sont les plus demandés.

 

Mis en ligne le 12/11/2018 à 19:15  Par Vanessa Lhuillier

https://plus.lesoir.be/189640/article/2018-11-12/le-logement-social-est-il-une-solution-pour-lavenir-ou-un-heritage-aujourdhui

diam justo fringilla ut Nullam dapibus dictum lectus Lorem consectetur et, Curabitur Back To Top
X