skip to Main Content

PLAN HIVER: 1488 places disponibles

Le plan hiver débute ce jeudi et se clôturera fin avril, sauf pour certains centres destinés à des publics plus vulnérables.

Le plan hiver qui débute ce jeudi prévoit cette année un nombre plus important de places par rapport aux autres années. Ainsi, outre les 423 places disponibles toute l’année, 1 115 places supplémentaires sont mises à disposition des sans-abri.
“Les centres du Samusocial sont ouverts de nuit mais cela varie en fonction des publics”, précise Rocco Vitali, conseiller politique au sein du cabinet Fremault pour la politique du sans-abrisme. “Les centres réservés aux hommes isolés sont disponibles à partir de 18h30, et ce jusqu’à 8heures du matin. Quand ce sont des familles avec enfants mineurs, le centre est accessible 24h/24. Quand il s’agit de femmes isolées, cela dépend du degré de vulnérabilité. Donc, en principe, c’est de 18h30 à 8heures, sauf si les personnes sont très vulnérables, auquel cas c’est 24h/24.”

Ainsi, du côté du Samusocial, le centre de la rue Royale propose 350 places du 15 novembre au 30 avril. Cette structure est accessible aux hommes ou aux femmes isolées, qui se retrouvent à des étages séparés. Et 200 places supplémentaires sont proposées au centre du boulevard Poincaré à Anderlecht, qui s’ajoutent aux 110 places ouvertes toute l’année. Le centre de la rue Borrens à Ixelles propose 40 places, mais uniquement lorsque les températures sont négatives, tandis que le centre d’accueil de familles avec enfants mineurs doit encore déterminé le nombre de places qu’il mettra à disposition. Deux centres sont déjà ouverts toute l’année (rue du Petit Rempart à Bruxelles-Ville et rue Gulledelle à Woluwe-Saint-Lambert) mais 200 places supplémentaires vont être proposées également. Le lieu reste à déterminer mais les pourparlers sont en bonne voie. Cette structure sera disponible jusqu’au 30 juin.

Les sans-abri avec leur chien, qui ne peuvent accéder aux centres d’accueil classiques, disposent de 25 places dans des préfabriqués installés dans la cour du foyer Georges Motte à Bruxelles-Ville. Précisons également que les maraudes ont été renforcées afin de rencontrer un maximum de personnes sans-abri.

Enfin, le dispositif mis en place par le fédéral sera situé à la rue de Trêves 82 à Etterbeek, avec 300 places disponibles jusqu’à la fin mars. Le site de la porte d’Ulysse à Haren, exclusivement prévu pour les migrants, est géré par la Plateforme citoyenne via des subventions Cocom. Son ouverture sera prolongée jusqu’au 30 juin 2019 avec quelque 350 places disponibles.

“Certains SDF refusent l’aide”

Fin octobre, le froid a tué deux femmes sans-abri en région bruxelloise. Une annonce qui avait suscité beaucoup d’émotions et de réactions. Mais, selon Céline Fremault, le manque de places dans les structures d’accueil ne peut en aucun cas expliquer ces faits tragiques.
“Une des deux femmes, décédée d’hypothermie, était connue et visitée des services de maraude du Samusocial, qui lui proposaient systématiquement une place en refuge. À trois reprises, le Samusocial a fait appel aux services de police afin de contraindre l’aide. Néanmoins, ces procédures (de contrainte) n’ont pas abouti. Le Samusocial est allé jusqu’à lancer une alerte pour disparition quand il ne parvenait plus à retracer cette personne sans abri”, confie-t-elle. “Or, je le sais pour avoir accompagné des équipes de maraude lors d’une nuit froide de février 2018 : au risque de leur survie, des personnes refusent l’aide qui leur est proposée et les services associatifs ne peuvent en aucun cas passer de l’assistance à la contrainte. Ce n’est malheureusement pas ce qui est relaté quand ces cas tragiques se produisent.”

 

Arnaud Farr – LA DERNIÈRE HEURE – LES SPORTS I MERCREDI 14 NOVEMBRE 2018 I www.dh.be

Back To Top
X