skip to Main Content
Presse

Trois ex-SDF fondent une ASBL pour les démunis de Charleroi: “Un problème? Venez avec lui”

 

Source: 7sur7.be  – Par Malik Hadrich – publié le 29-01-21

Afin d’augmenter l’offre de services et la présence sociale dans ses quartiers, la Société de Logements de Service Public (SLSP) de la ville de Charleroi et de la commune de Gerpinnes, La Sambrienne, mène une politique de partenariats s’appuyant sur les initiatives locales. Une belle histoire est d’ailleurs née de cette coopération.

Trois anciens sans-abri ont fondé l’Association Sans But Lucratif (ASBL) C-Prévu pour soutenir les gens de la rue à Charleroi. “Notre objectif est d’aider les personnes qui sont confrontées aux difficultés administratives. Lorsque nous nous sommes retrouvés sans domicile, nous nous sommes rendus compte qu’il n’était pas aisé d’accéder à l’informatique. Ne serait-ce que pour remplir les dossiers en vue de demander un logement, il faut pouvoir envoyer des extraits de compte, des feuilles d’impôts, etc.” raconte avec enthousiasme l’un d’entre eux, Jean-Michel Lamy.

La période actuelle a accentué les difficultés. La présence du coronavirus généralise le télétravail et impose des restrictions dans les contacts sociaux. L’outil informatique revêt donc encore plus d’importance. “Or, tout le monde n’a pas non plus la possibilité d’utiliser un ordinateur correctement. Le message que nous voulons faire passer, c’est: ‘Vous avez un problème? Venez avec lui et nous allons tenter de le résoudre ensemble.’ Nous passerons une heure, deux heures, un jour, deux jours s’il le faut pour vous expliquer comment cela fonctionne. Nous prendrons le temps qu’il faudra. C’est la même chose pour les smartphones et leurs applications. Notre but, c’est de permettre à tout le monde de devenir indépendant.”

Un service d’impression Trois Dimensions (3D) et une formation audiovisuelle sont également prodigués: “L’impression 3D, c’est notre petite folie. En échange d’une petite contribution financière, elle est disponible au citoyen lambda qui en aurait besoin. Cela nous permet de faire rentrer un peu de sous. Mais elle est aussi destinée aux personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens. Lorsqu’un objet se brise, c’est souvent une petite pièce qui est cassée. Au lieu d’en acheter un nouveau, il sera possible de refabriquer à l’identique cette petite pièce et de réparer. En fonction des demandes, nous essayerons aussi d’ajouter des services à nos offres. Par exemple, nous avons déjà pour projet de créer un poste spécifique pour les mal-voyants. Nous avons rentré un dossier dans le cadre d’un appel à projets pour être équipés. Il faut savoir que l’unique coût du logiciel s’élève à 1.700 euros.”

Apports financiers

Ensemble, Jean-Michel, Sandra et Maurice ne roulent pourtant pas sur l’or. Ils émargent au Centre Public d’Action Sociale (CPAS) de Charleroi. “Nous voulons d’ailleurs vivement remercier le CPAS. Sans lui, tout cela n’aurait pas été possible. Il nous a donné l’autorisation de créer notre ASBL.”

Pour le financement de l’opération, ils ont utilisé les moyens du bord: “Au départ, Maurice a payé les statuts. Ensuite, nous avons répondu à des appels à projets, des appels à projets et encore des appels à projets (sourire). Et puis, nous avons eu beaucoup de chance. Un généreux donateur couvre l’entièreté de nos frais de fonctionnement pendant un an. Donc, nous sommes certains de pouvoir tenir le coup jusqu’au mois d’octobre prochain.”

Locaux à louer

C’est effectivement en octobre 2020 que l’ASBL C-Prévu s’est trouvé un local à la Place des Porions à Montignies-sur-Sambre. Celui-ci est loué par La Sambrienne. “En 2019, nous avons identifié une soixantaine de locaux associatifs ou commerciaux répartis sur les quatre districts de Charleroi et sur Gerpinnes. Les prix de location sont liés au métrage (NDLR. ils varient entre 150 et 550 euros), mais nous offrons entre 50 et 150 euros de réduction en fonction de plusieurs critères. Par exemple, si l’association se rend utile par rapport à la vie du quartier, si elle accepte de suivre une formation pour devenir des ambassadeurs locaux… Parfois, les gens viennent à la rencontre des responsables de ces associations pour récolter des renseignements sur des services de La Sambrienne. Autant que les réponses à leurs questions leur soient données tout de suite au lieu de renvoyer à un numéro de téléphone! C’est aussi une démarche plus humaine” affirme son président, Maxime Felon (PS).

Par ailleurs, la société de logements sociaux carolo encourage le partage. “Quand des locaux ne sont pas utilisés sept jours sur sept, une autre association peut les employer lorsqu’ils sont vides. Nous attribuons une réduction de loyer supplémentaire dans ce cas. Pour l’association qui vient de manière ponctuelle, c’est gratuit la plupart du temps” détaille le responsable Communication, David Conte.

Ville inclusive

“A l’issue de la précédente mandature, on nous a régulièrement fait le reproche d’avoir abandonné les quartiers” ajoute l’Échevine de la Participation Citoyenne et des Quartiers, Julie Patte (PS). “Nous avons voulu remédier à cela et nous remercions La Sambrienne pour sa contribution. C’est par ce type de projets que cela passe.”

De son côté, l’Échevin du Développement Numérique, Eric Goffart (C+) se félicite également de l’initiative des trois ex-Sans Domicile Fixe (ex-SDF): “La priorité de Charleroi, c’est d’être une ville inclusive. L’inclusion numérique est le fil rouge de notre action. Les mesures de confinement nous l’ont démontré. L’exclusion numérique s’est accentuée à cause du coronavirus. Il faut lutter contre ça. Certains individus sont bien intégrés socialement mais sont en décrochage par rapport au numérique. Je pense, par exemple, aux personnes âgées, aux femmes seules avec enfant. Ce que met sur pied cette ASBL, c’est super! Car ses créateurs ont vécu ces soucis sur le terrain.”

Reprendre confiance

C’est d’ailleurs grâce à d’autres ASBL de terrain que Jean-Michel, Sandra et Maurice ont eu l’idée de lancer leur propre projet. “Nous avons assisté à des ateliers de réinsertion sociale de l’ASBL Comme Chez Nous” narre le premier. “À un cours de cuisine, nous nous sommes dit: ‘Mais je sais faire ça’. Cela nous a permis de reprendre confiance en nous et d’imaginer développer d’autres projets.”

Julie Patte commente: “Cette remise en confiance, c’est essentiel. A fortiori dans une grande ville comme l’est Charleroi, le lien institutionnel peut faire peur. Certains le trouvent trop compliqué. Ils s’isolent et c’est dramatique.”

Une famille unie

Cela n’a pas été le cas de Jean-Michel, Sandra et Maurice. Ils ont pu compter les uns sur les autres lors de leur parcours en rue. “Sandra et moi (NDLA. Sandra est la femme de Jean-Michel) avons eu la chance de rencontrer Maurice lorsque nous n’avions pas de toit sur la tête. Quand nous nous sommes retrouvés dehors, nous ne savions pas quoi faire. Il nous a aidés et depuis lors, il est entré pour ainsi dire dans notre famille.”

L’ASBL C-Prévu propose ses services gratuitement et est ouverte à tout le monde.

risus. accumsan libero Donec consequat. ut ipsum sed pulvinar facilisis Back To Top
X