skip to Main Content
Godefroid

Qui des trois nominés remportera le Godefroid Social?

Comme chaque année, les Godefroid récompensent les Luxembourgeois de la province qui ont brillé. Place aux Godefroid Social.

Comme dans chaque catégorie, trois personnes ou associations sont nominées pour ce Godefroid Social.

 

1. Le «Soleil du Cœur» pour les hommes sans logement 

À Gomery (Virton), le «Soleil du Cœur» ne peut faire face à toutes les demandes d’hébergement tant elles sont nombreuses.

L’ASBL «Soleil du Cœur» est une maison d’accueil pour hommes ne disposant pas de logement. À Gomery (Virton), elle est agréée et subsidiée pour héberger et accompagner treize hommes.

Depuis l’an passé, le «Soleil du Cœur» est en plus habilité à accompagner des personnes qui quittent la maison d’accueil. L’ASBL accompagne dès lors 20 personnes supplémentaires en «post-hébergement.»

D’où proviennent ces hommes hébergés à Gomery? De la province de Luxembourg pour un peu plus des 3/4. «La demande augmente depuis quelques années. Depuis deux ans, nous sommes régulièrement complets avec impossibilité de répondre à certaines demandes», précise Mathieu Lefort, le directeur.

Plusieurs situations différentes sont gérées par l’ASBL. Il peut s’agir d’un jeune en rupture familial, d’une personne ayant déjà une vie de famille derrière elle, etc. «Tous ont des parcours de vie différents. Cependant, à un moment donné, ils se retrouvent seul et sans logement. Des problématiques diverses en sont la cause ou les conséquences. Les personnes restent hébergées en fonction de leur demande pour une durée maximale de 9 mois renouvelable en fonction de l’avancement de leur projet. Les délais d’hébergement s’allongent car nous prenons conscience de l’importance de travailler avec les personnes en profondeur. Cela permet une sortie avec davantage de stabilité sur le long terme.»

Pour les familles précarisées

Dans le futur, l’ASBL souhaiterait créer un service d’Association de Promotion du Logement afin d’accompagner des ménages (tout public) précarisés dans la gestion de leur problème de logement. «Nous souhaitons proposer un accompagnement aux personnes qui en font la demande. L’objectif est de renforcer les solutions de logement et de soutenir les personnes pour que celles-ci puissent trouver une stabilité dans le logement», avance le directeur.

Différentes missions peuvent être envisagées: entretien du logement, énergie, financier, aménagement, gestion des contacts avec le propriétaire… Cela se fera à la demande des personnes. Et en collaboration bien sûr avec tous les acteurs du logement déjà présents comme les sociétés de logements publics, les Agences immobilières sociales, les CPAS mais aussi les propriétaires privés. «Mais cela reste un projet car nous attendons des réponses pour pouvoir le financer.»

2. La Maison blanche, c’est leur famille 

3. À l’abri de nuit, il fait toujours chaud

Plus de 15% des Belges vivent sous le seuil de pauvreté. À Arlon, l’abri de nuit du Soleil d’hier est un havre de chaleur indispensable pour toutes ces personnes dans la rue.

Et dire qu’il y a dix ans, certains s’étaient étonnés qu’on ouvre un abri de nuit à Arlon, « qui n’avait rien de comparable avec les besoins des sans-abri dans des villes comme Bruxelles, Liège ou Charleroi.» Nous avions entendu ces remarques.

Dix ans plus tard, il faut se rendre à l’évidence. L’abri de nuit ouvert par l’ASBL Resto du Cœur d’Arlon est une nécessité. En dix ans, l’abri arlonais, baptisé Soleil d’hiver, a accueilli 851 personnes. Cette année, 1 755 nuitées ont déjà été comptabilisées.

À la veille du dernier Noël, le gouvernement wallon (ministre Prévot) a signé l’arrêté de reconnaissance du Soleil d’hiver comme 9e abri de nuit officiel sur le territoire wallon, reconnu et agréé. Il faut en effet au moins un abri de nuit dans chaque province wallonne et dans chaque ville comptant plus de 50 000 habitants.

L’abri de nuit d’Arlon agréé par la Région wallonne est situé en plein centre du chef-lieu, rue de la Caserne. Il dispose d’une capacité d’une vingtaine de places pour 16 hommes et 4 femmes et d’une salle commune qui permet aux bénéficiaires de recevoir un repas le soir, un hébergement la nuit ainsi qu’un petit-déjeuner.

La Région wallonne apporte un financement annuel de plus de 60 000,00€ grâce au récent agrément de la fin 2016. Mais il est évident que tous les moyens supplémentaires de financement sont les bienvenus pour l’abri de nuit d’Arlon, qui veut absolument pérenniser sa structure et mettre en valeur le travail quotidien de toutes les personnes qui y collaborent.

Car il faut insister là dessus. Le Soleil d’hiver emploie des professionnels, mais sans l’équipe de bénévoles qui s’y relaie tous les jours, l’activité ne serait pas possible. De nouveaux bénévoles sont d’ailleurs régulièrement recherchés.

De 19 h 30 à 7 h 45

L’idéal est de pouvoir compter sur une septantaine de bénévoles. L’abri est ouvert chaque nuit pendant 150 jours. Les bénévoles sont présents de 19 h 30 à 7 h 45. Ils sont accompagnés d’un éducateur présent pour les accueillir et inscrire les personnes avant de quitter l’abri vers 23 h 15 au moment de l’extinction des feux.

 

elementum id pulvinar ipsum efficitur. porta. Back To Top
X