.

Définition du public

La notion de sans-abri, utilisée pour nommer le public avec lequel travaille tout un secteur, regroupe plusieurs définitions et conceptions pour désigner des personnes vivant des situations très diversifiées.

En fonction de l’angle d’approche privilégiée, le nombre de personnes et leurs caractéristiques peuvent fortement varier.

Les définitions dépendent du contexte social et des objectifs visés

La façon dont on définit une problématique sociale dépend de ce qui est considéré dans un temps et un espace donné comme « normal » et ce qui est un « problème social ». Les définitions, conceptions évoluent donc dans le temps selon les idéologies dominantes.
Avant, on parlait de vagabond considéré comme un délinquant qu’il fallait enfermer dans une prison.
Aujourd’hui, celui-ci est devenu un sans-abri considéré comme une personne exclue qui doit être réintégrée grâce à des dispositifs d’aide.

Définitions selon la position des personnes par rapport au logement

La Fédération Européenne d’Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri (FEANTSA) a élaboré une typologie dite ETHOS (European Typology on Homelessness and housing exclusion qui classifie les personnes sans-abri selon leur situation par rapport au logement.
Cette approche confirme que l’exclusion liée au logement est un processus (et non pas un phénomène statique) qui concerne beaucoup de ménages à différents moments de leur vie, elle intègre également les personnes « en risque » de sans-abrisme.

Définitions à dimensions sociales

D’autres définitions prennent en considération des éléments de vulnérabilité personnelle, sociale et relationnelle. « Le sans-abrisme n’inclut pas simplement un rapport au logement, mais bien toute une série de problèmes sociaux. Le sans-abrisme se réfère aussi à des liens sociaux rompus, à l’isolement et à la dépendance aux services sociaux pour se maintenir dans son logement et en faire un chez soi ».

La définition des personnes sans-abri dans la législation belge

La première définition d’une personne sans-abri énoncée dans un texte règlementaire est récente et se trouve dans l’A.R. du 21 septembre 2004 visant l’octroi d’une prime d’installation par le CPAS à certaines personnes qui perdent leur qualité de personne sans-abri: toute personne qui ne dispose pas de son logement, qui n’est pas en mesure de l’obtenir par ses propres moyens et qui n’a dès lors pas de lieu de résidence, ou qui réside temporairement dans une maison d’accueil en attendant qu’un logement soit mis à sa disposition.

Il s’agit de personnes qui dorment en maison d’accueil, dans la rue ou dans des édifices publics qui n’ont pas la fonction de logement (gares, etc.). Il s’agit aussi des personnes qui sont hébergées provisoirement par un particulier, dans le but de leur porter secours, en attendant qu’elles disposent d’un logement.

Définition wallonne

On entend par “sans abri” :

  • soit la personne qui, pendant les trois mois précédant la prise en location d’un logement salubre, n’a joui d’aucun droit, réel ou personnel, lui assurant l’occupation d’un logement, ni n’a, sauf à titre exceptionnel ou temporaire, été hébergée par des personnes ou des institutions;
  • soit la personne qui, à la veille de la prise en location d’un logement salubre, ne jouissait d’aucun droit, réel ou personnel, lui assurant l’occupation d’un logement et était hébergée pour des raisons psychiques, médicales ou sociales par une institution;
  • soit la personne qui, pendant les douze mois précédant la prise en location d’un logement salubre, occupait une résidence de vacance située dans une zone de loisirs.

(Extrait de Atlas Wallonie)

Définition bruxelloise

Dans le cadre du Rapport bruxellois sur l’état de la pauvreté 2008, La Strada(Centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri) s’interroge sur la problématique des sans-abri à Bruxelles et brosse un état des lieux des dispositifs politiques et des actions existantes : A Bruxelles, comme dans d’autres grandes villes, la présence de personnes sans-abri dans les rues est devenue une des formes les plus visibles de la pauvreté, une pauvreté qui s’accroît dans une ville où les inégalités augmentent. Cette présence suscite, au rythme des saisons, et selon la conjoncture économique, pitié et indignation, compassion et hostilité, effroi et agacement. Elle amène des questions récurrentes : qui sont-ils, d’où viennent-ils, pourquoi et comment en sont-ils arrivés là ? Lire la suite

Autres définitions

  • Définition du Germe (ULB)

Dans leur étude “La problématique des personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale” (ULBGERME – 2001), Andrea Rea et ses co-auteurs rappellent qu’il n’y a pas de profils types. Ils définissent 4 catégories […] correspondant moins à la réalité de la diversité du sans-abrisme qu’à des catégories de population opératoires pour les politiques sociales et ceux chargés de les mettre en oeuvre.

  • La 1ère catégorie est composée des candidats réfugiés (dont certains sont sans logement).
  • La 2ème catégorie est composée de ce qu’on peut nommer les occasionnels. Il s’agit de personnes qui, à un moment de leur existence, connaissent une rupture brutale – personnelle ou sociale – il peut s’agit de personnes isolées, de couples, de familles ou de femmes avec enfants. Ces personnes tentent généralement de trouver auprès des institutions sociales l’aide qui leur permettra de rebondir rapidement.
  • La 3ème catégorie est composée de ce qu’on peut nommer les “zonards” (pour reprendre le terme de M. Bresson) ou encore les “chroniques” (pour utiliser le langages des travailleurs sociaux). Ces personnes sont des consommateurs des services sociaux, mais pour diverses raisons, le projet d’insertion est travail long et cette temporalité doit être reconnue comme nécessaire tant pour l’usager que le professionnel.
  • La 4ème catégorie est composée des vagabonds ous clochargs, ceux qui sont inscrits dans un mode de vie à la rue (que ce choix soit conscient ou inconscient) et qui peuvent ponctuellement utiliser les services d’aide.

Définition de l’A.M.A.

L’AMA définit la personne sans-abri comme une personne qui ne peut temporairement accéder à un logement à usage privatif adéquat, ou le conserver, à l’aide de ses propres ressources

 

AMA - A.S.B.L. • Rue des Champs Élysées, 13 - 1050 Bruxelles • Tél & fax : +32 2 513 62 25
Avec le soutien de la COCOF
À propos du site • Réalisation : Mezzotinto • © AMA 2007—2014