skip to Main Content

Brabant wallon: un relais social pour aider les sans-abri

C’est la proposition qui a été formulée par l’Écolo Laurent Heyvaert.

C’est un problème depuis de nombreuses années : le Brabant wallon ne dispose, pour le moment, d’aucun endroit susceptible d’accueillir les sans-abri. Un vrai souci, surtout en cette période festive pour certains mais surtout froide pour ceux qui doivent survivre dehors. Lors des dernières discussions budgétaires, le député Écolo Laurent Heyvaert a interrogé la ministre sur la possibilité de dégager des moyens pour aider le Brabant wallon à remédier à cette problématique.

Des budgets supplémentaires

Et de ce fait : le gouvernement wallon a dégagé des budgets supplémentaires pour la lutte contre la pauvreté. On peut donc noter une augmentation des moyens (200 milliers d’euros) pour la création et le soutien des abris de nuit. Au total, ce sont pas moins de 350 milliers d’euros qui ont été affectés au programme de réinsertion des sans-abri (le programme housing first). La Province du Brabant wallon a, quant à elle, décidé d’organiser des tables rondes avec le secteur (maison d’accueil, centre de jour…) pour estimer les besoins. C’est une première étape nécessaire et primordiale mais qui demande à présent de se concrétiser matériellement car le temps presse. Face à cette situation, le député Écolo Laurent Heyvaert a déposé un plan d’action concret. « Je suggère de créer un relais social qui pourra être subsidié par la Région, explique-t-il. Ce relais social pourrait organiser un programme d’actions avec le secteur pour répondre aux besoins sur le terrain. Il pourrait par exemple obtenir des subsides dans le cadre du programme housing first qui est une réponse structurelle contre le sans-abrisme. Ce programme pourrait être géré avec l’AIS BW. »

Passer à l’action

Viendra ensuite la possibilité (ou non) de créer un abri de nuit. « Il faudra estimer, toujours avec le secteur, la pertinence de la création d’un abri de nuit. En effet, si on répond de manière structurelle aux problèmes du sans-abrisme, l’abri de nuit ne sera plus forcément nécessaire. » Pour Laurent Heyvaert, la Région a dégagé des moyens et c’est à présent à la Province de les saisir. « Le subventionnement ne doit plus être une excuse pour ne pas passer à l’action. Il ne faut plus gérer la pauvreté mais la combattre », conclut le député Écolo. De son côté, Tanguy Stuckens ne souhaite pas émettre de conclusion sur un travail qui n’a pas encore été présenté.

Source: La libre.be – publié le 12 décembre 2019

Lien

dapibus Phasellus justo mattis venenatis, risus. elementum neque. mi, Back To Top
X