skip to Main Content
Presse

« La grande pauvreté touche aussi les zones rurales »

L’AMA, la Fédération des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri, a produit son premier rapport sur l’état du secteur de l’aide aux sans-abri en Wallonie. Avec une constatation : pauvreté et mal-logement continuent d’augmenter d’année en année au sud du pays.

Mal-logement, assuétudes, troubles mentaux, violences conjugales ou surendettement… Au fil des années, l’accumulation des problématiques s’accroît auprès des personnes qui se dirigent vers les maisons d’accueil et leurs services, une aggravation qui entraîne une complexification du travail d’accompagnement et d’orientation de ces personnes dans et vers les structures adéquates, malgré plus de 2.400 places d’hébergement qui couvrent le territoire wallon. Si les moyens du secteur de l’accueil ont augmenté depuis 2004, tout comme le nombre de maisons agréées en Wallonie, les services rencontrent néanmoins des difficultés à pérenniser leurs actions, car le mode de subvention tel qu’il est organisé ne permet pas de couvrir toutes les dépenses, que ce soit au niveau de l’hébergement ou du personnel, par exemple. « Cette situation limite évidemment notre travail et saucissonne le suivi de la personne au gré des financements. Or, la crise sanitaire nous montre combien il est important d’accompagner les personnes dans l’ensemble de leur parcours de vie », affirme Joël Kinif, directeur de la maison d’accueil La Moisson à Sainte-Ode en province de Luxembourg.

Le logement, un combat permanent

Actuellement, le secteur est saturé de demandes d’hébergement. Une saturation qui réside évidemment dans un manque de places, mais également dans le manque de solutions de sortie (Lire à ce sujet « Maisons d’accueil : pas facile d’y entrer, difficile d’en sortir », Alter Echos n°480, janvier 2020). « Régulièrement, on fait face à des personnes, et en particulier des familles, dont la durée de séjour explose en maison d’accueil, tout simplement parce qu’on ne trouve pas de solutions adéquates pour elles », admet le directeur de la maison d’accueil. La difficulté à réorienter les hébergés après leur séjour demeure une réelle inquiétude pour le secteur, et ce d’autant plus que les besoins en accompagnement post-hébergement restent non rencontrés dans des zones où une seule maison d’accueil remplit avec peu de moyens cette mission pour l’ensemble de l’arrondissement. « On sait pourtant que le départ de la structure d’accueil est une période critique où les repères peuvent être à nouveau perdus. Voilà pourquoi l’accompagnement lors de l’entrée en logement, puis son suivi est tout à fait primordial », ajoute Joël Kinif. Ce suivi post-hébergement fait apparaître un autre constat, à savoir la qualité et l’adéquation des logements au public. « En effet, l’accès à un logement décent reste un combat pour les personnes précaires », pointe Jean-Luc Breda, directeur du Service d’entraide familiale (SEF) à Huy. Comme l’indique le rapport de l’AMA, 31 % des personnes suivies en post-hébergement sont en logement social, tandis que 24 % ont recours au privé. « Mais, d’un côté, l’accès au logement social reste limité et nécessite souvent des mois, voire des années d’attente ; de l’autre, le marché locatif privé et certains propriétaires restent réticents à louer à des personnes précaires », constate-t-il. En outre, ces logements sont parfois loin de rencontrer les aspirations de leurs occupants. « Ils sont trop isolés des centres urbains et mal desservis par les transports en commun, trop coûteux au regard des revenus et souvent trop petits pour une famille… C’est dans ce climat, pas toujours propice à une réinsertion sociale sereine, que le post-hébergement s’installe », poursuit-il.

« Régulièrement, on fait face à des personnes, et en particulier des familles, dont la durée de séjour explose en maison d’accueil, tout simplement parce qu’on ne trouve pas de solutions adéquates pour elles. » Joël Kinif, directeur de la maison d’accueil La Moisson

Pour l’AMA, il est également primordial de veiller à ce que toutes les zones géographiques soient couvertes. « En effet, les projets d’accueil concernent principalement les grandes villes qui ont développé un ou plusieurs abris en milieu urbain. Mais la grande pauvreté touche aussi les petites villes et les zones rurales », clament ensemble Jean-Luc Breda et Joël Kinif. Selon eux, le fonctionnement actuel de l’accueil d’urgence concentré dans les grandes villes occulterait l’existence de familles en grande précarité dans la ruralité wallonne, et ce d’autant plus que tous les arrondissements administratifs ne disposent pas de structure d’accueil et d’hébergement. « En province de Luxembourg, nous sommes huit maisons d’accueil, ce qui représente 120 lits, mais ce qui nous manque cruellement, c’est un relais social, avec une volonté politique de le créer, car, à la campagne, l’accessibilité des services est tout à fait problématique. Tout y est plus complexe, et prend donc plus de temps, raison pour laquelle la moyenne de séjour augmente dans la durée », relève Joël Kinif.

« Le reste du boulot ne diminue pas et cette gestion sanitaire rejaillit sur l’accueil des personnes. Au lieu d’accueillir des personnes tous les jours, on fonctionne de sept jours en sept jours, mais les demandes ne sont pas moins nombreuses et les personnes se retrouvent encore un peu plus dans l’attente. » Jean-Luc Breda, directeur du Service d’entraide familiale

Un déconfinement plus complexe

Le directeur de la maison d’accueil souligne néanmoins que la crise sanitaire a eu le mérite d’être un « amplificateur » de ce qui fonctionne, mais aussi de ce qui marche moins. « Cette crise nous a aidés à mutualiser nos moyens au niveau de la province de Luxembourg avec les autres maisons d’accueil pour collaborer à la mise en place de structures d’accueil provisoires, ce qui a permis de créer un centre de jour, un abri de nuit et d’assurer un suivi médicalisé sur un même site. Cela montre à quel point une approche globalisée au niveau de la personne donne la possibilité à des individus qui étaient à la rue depuis des années de trouver des solutions. Cela a prouvé tout l’intérêt de se coordonner entre les différents services, notamment dans la mise en place d’un relais social. Juste avant la crise, on était en discussion sur la manière de mettre en place un relais social au sein de la province. La crise nous montre comment on peut tous y arriver… » Si, lors du confinement, les maisons d’accueil ont rencontré peu ou prou les mêmes difficultés : accès aux masques, par exemple. Les deux directeurs admettent que le déconfinement est bien plus complexe à gérer pour répondre aux urgences et aux besoins des personnes les plus précaires. « Cela change fondamentalement notre métier, et la manière de le faire. À La Moisson, désinfecter tous les points de contact, cela prend une heure trente le matin, le midi et le soir. Cela demande un temps fou… Comme on n’a pas de personnel d’entretien, toutes ces tâches sont gérées par un éducateur, une tâche supplémentaire qui va au détriment du travail de fond », témoigne Joël Kinif.

« Le reste du boulot ne diminue pas, et cette gestion sanitaire rejaillit sur l’accueil des personnes. Au lieu d’accueillir des personnes tous les jours, on fonctionne de sept jours en sept jours, mais les demandes ne sont pas moins nombreuses et les personnes se retrouvent encore un peu plus dans l’attente avant de trouver une solution », renchérit Jean-Luc Breda. Et ce, dans un contexte où les structures reçoivent depuis quelques semaines des demandes d’accueil qu’elles ne rencontraient pas avant, notamment de la part de travailleurs précaires.

 

Sources :

Alter Echos n° 486 – Pierre Jassogne

porta. libero id mattis libero. ut Nullam id et, diam Back To Top
X