skip to Main Content

Namur : L’accueil de jour de nouveau attaqué

Quelques habitants de l’immeuble où il va ouvrir ont déposé une requête en référé

On s’en souvient : l’accueil de jour pour personnes précarisées (y compris les SDF) a vu son projet écarté du 78 de la rue Saint-Nicolas suite à la mobilisation du quartier, soutenu par le bourgmestre. Le CPAS n’a pas pu louer le local convoité à l’ASBL Educ’action et Dignité.

Les locaux proposés ensuite par le CPAS au début de la rue Saint-Nicolas ne convenant pas à l’envergure du projet, l’ASBL s’est tournée vers le privé. Grâce à l’implication personnelle de Thibault Bouvier, elle a trouvé un magnifique espace anciennement occupé par la Région wallonne.

Un rez-de-chaussée permettant à l’ASBL d’installer ses bureaux, de prévoir une grande salle avec une cuisine intégrée, une salle de repos pour les sans-abri et deux douches avec sanitaires notamment. En plus de petits bureaux permettant la consultation individuelle en médico social (psy, infirmière de rue…)

Un projet intitulé Espace Dignité, toujours soutenu par le CPAS et le relais social urbain namurois, qui permet de répondre à la demande des SDF qui aimeraient trouver un abri le jour et des professionnels inquiets de l’augmentation de la grande précarité à Namur. Mais qui se voit ébranlé aujourd’hui par la requête en référé d’une partie des habitants de l’immeuble. Qui a saisi le tribunal en urgence pour empêcher l’accueil d’ouvrir.

Dans leur citation, ils plaident pour l’atteinte au cadre de vie des occupants de l’immeuble et mettent en avant que le propriétaire a procédé aux aménagements intérieurs (douche notamment) sans l’accord de la copropriété, pressé par l’approche de l’hiver.

Bizarrement , lors de l’audience prévue ce mardi, l’avocat de ceux qui demandent une astreinte a demandé un report. La nouvelle audience est fixée à la toute fin du mois.

Les opposants au projet demandent d’interdire l’espace de repos, les collations, les sanitaires et une buanderie à des tiers. Autrement dit, ils veulent empêcher l’accueil de jour.

Cela veut-il dire que l’Espace Dignité n’ouvrira pas ? « Nous verrons la décision du tribunal, mais cela ne nous empêche pas d’avancer. Nous avons déménagé nos bureaux et mettons tout en place pour accueillir les personnes précarisées pour novembre. Aujourd’hui, il fait beau, mais demain, il gèlera peut-être », précise l’initiateur du projet Robert Bourgeois.

Le président de l’ASBL qui a trouvé les fonds nécessaires auprès d’un généreux donateur souligne que la poignée de personnes voulant empêcher l’ouverture ne sont pas représentatives du voisinage. « Lors de la séance d’information que nous avons tenue récemment à l’attention des riverains, plusieurs se sont manifestés pour devenir bénévoles », témoigne-t-il.

 

magali veronesi Publié le mercredi 17 octobre 2018 à 08h36 – Mis à jour le mercredi 17 octobre 2018 à 08h36

http://www.dhnet.be/regions/namur/l-accueil-de-jour-de-nouveau-attaque-5bc63013cd708c805c3c25dd

quis, facilisis Praesent non vel, leo adipiscing vulputate, dapibus accumsan eleifend Back To Top
X