skip to Main Content
Presse

Pas d’abri de nuit en Brabant wallon : « Un déni d’humanité », dénonce André Flahaut

Ce sont les mots de Flahaut (PS) dans une lettre au gouverneur. Antoine (cdH) a, lui, interpellé la ministre wallonne sur le sujet.

Comme chaque année ou presque depuis 2013 et la disparition d’un abri de nuit en Brabant wallon, à l’approche de l’hiver, des politiques brabançons, de toutes les tendances, s’insurgent contre cette absence.

Le Nivellois André Flahaut a ainsi écrit à Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon, pour dénoncer cette situation «inacceptable» qui «témoigne, n’ayons pas peur des mots, d’un déni d’humanité»

Mardi en commission de l’action sociale, au Parlement wallon, le député perwézien André Antoine (cdH) a, lui, interpellé la ministre Christie Morreale (PS) sur le sujet. Il a souligné que son parti se bat depuis plusieurs années pour que deux structures se mettent en place, l’une à Louvain-la-Neuve et l’autre à Nivelles. Et de proposer que l’Intercommunale sociale du Brabant wallon (ISBW) soit à la manœuvre.

«Il faut une volonté locale pour aboutir»

La ministre regrette aussi l’absence d’un abri de nuit dans la province. Et si elle a confirmé que la Région wallonne est prête à soutenir un projet, elle a souligné qu’il faut «une volonté locale» pour le faire aboutir.

Et au vu des interpellations ces derniers temps d’élus cdH, PS et Écolo, elle semble convaincue qu’il y a une majorité pour avancer.

Elle a ajouté que la création d’un relais social, intercommunal, est en cours en Brabant wallon (notre édition du 23 octobre).

C’est l’AMA, la Fédération des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri, qui pilote le dossier et qui est soutenu par la Province.

Un chargé de mission doit être engagé début 2021 – la Région va soutenir financièrement l’AMA pour ce recrutement – pour mettre surpied ce relais d’ici fin 2021, début 2022.

Une fois en place, ce relais social, qui sera aussi soutenu financièrement par la Région – évaluera les besoins. Un abri de nuit devrait faire partie de ces besoins, Christine Vanhessen, la directrice de l’AMA, soulignant que «tous les acteurs sont d’accord pour dire qu’il en manque un en Brabant wallon» , même si ce n’est pas «LA solution à tous les problèmes»

Le projet avance donc, même si c’est sans doute trop lent face à l’urgence dans laquelle se trouvent les sans-abri.

Une aide urgente de 50 000€ via le gouverneur

Christie Morreale a aussi précisé que la Région avait octroyé une aide exceptionnelle de 50 000€ au gouverneur de la Province pour rencontrer les besoins urgents des personnes les plus fragiles liés à la crise sanitaire.

Alexandre Mahieu, chef de cabinet du gouverneur, Gilles Mahieu, nous a précisé que cette somme permettra de répondre aux demandes des associations de terrain

Source : Belga et L’Avenir

 

lectus Curabitur tristique sit elit. mattis Phasellus at Back To Top
X